• * Le centre de Procréation Médicalement Assistée du Centre Hospitalier Universitaire Saint-Pierre est spécialisé dans la médecine de la reproduction. Centre de référence ayant obtenu le label ISO 9001 :2008 et étant accrédité auprès de l’AFMPS (Agence Fédérale des Médicaments et Produits de Santé).

Le don d’embryons

Le don d’embryons est une technique de procréation médicalement assistée (PMA) au cours de laquelle un couple ayant des embryons surnuméraires congelés issus d’une fécondation in vitro (FIV) et n’ayant plus le projet de devenir parents peut faire don de ses embryons à un autre couple infertile.

En effet, lorsquela FIVprocure plus d'embryons qu'il n'en faut pour l'implantation dans l'utérus, les embryons surnuméraires de bonne qualité peuvent être congelés. Ceux-ci peuvent être réutilisés par le couple en cas d’échec dela FIVou si le couple désire un autre enfant. Si le couple n’a plus de projet parental et qu’il lui reste des embryons congelés après 5 ans, il a la possibilité de les donner à un autre couple infertile.

Le couple doit choisir l’affectation de ces embryons au moment où il entreprend une FIV en signant un consentement éclairé. Il a le choix entre les donner à la recherche, les donner à un autre couple infertile ou les détruire.

Le don d’embryons est permis par la loi belge et sa pratique a été réglementée par la « loi relative à la procréation médicalement assistée et à la destination des embryons surnuméraires et des gamètes » publiée au moniteur belge le 17/07/2007.

 

 

Qui peut être donneur ?

Tout couple qui fait dela FIVet qui possède encore des embryons congelés après 5 ans. Le couple aura spécifié dans la convention signée au début dela FIVqu’il est potentiellement donneur. Après 5 ans, il recevra un courrier pour s’assurer de la confirmation de son choix. Ensuite un rendez-vous sera fixé avec son gynécologue. Les deux membres du couple devront être présents et signer un consentement dans lequel ils acceptent tous deux de donner leurs embryons à un autre couple et de renoncer à leurs droits parentaux. Un psychologue sera présent lors de la consultation pour les aider dans leur démarche. Ils devront se soumettre à un interrogatoire et à des tests sanguins permettant de s’assurer qu’il n’y a pas de risque de transmission de maladies infectieuses ou génétiques (sérologies pour le HIV, la syphilis, l’hépatite B et l’hépatite C ; caryotype ; recherche de mutation pour la mucoviscidose ; électrophorèse de l’hémoglobine ; groupe sanguin). Le don d’embryons à un autre couple est totalement anonyme. L’enfant qui va naître n’a aucun moyen de retrouver l’identité des donneurs. Seules les caractéristiques physiques (couleur des cheveux, couleur des yeux, origine ethnique) des deux membres du couple pourront être transmises au couple receveur de manière à réaliser le meilleur appariement possible. Tous ces examens de même que la consultation ne sont pas payants pour les donneurs et seront pris en charge par le couple receveur.

 

 

Qui peut bénéficier du don d’embryons ?

Les situations où le don d’embryons peut être indiqué sont multiples. Tout d’abord la situation où la femme n’est plus capable de produire des ovules et où l’homme n’a plus de spermatozoïde. Deuxièmement lorsque les deux parents ont un risque de transmettre une maladie héréditaire grave et inaccessible au diagnostic pré-implantatoire à leur enfant ou lorsqu’une stérilité chez un homme ou une femme se double d’un risque de transmission d’une anomalie génétique grave à l’enfant par l’autre partenaire. Troisièmement, les échecs répétés de PMA (échecs de fécondation, mauvaise qualité embryonnaire, échecs d’implantation) représentent également une indication. Enfin, le don d’embryons peut être une alternative au don d’un seul gamète (ovocytes ou spermatozoïdes) par choix des couples.

 

Le couple candidat receveur sera vu par un gynécologue spécialisé de l’équipe de PMA. Les deux membres du couple devront signer un consentement éclairé et subir un interrogatoire, un examen physique et des tests sanguins pour s’assurer qu’ils pourront mener une grossesse à terme dans de bonnes conditions. Le couple receveur devra payer un forfait fixe qui permettra notamment de couvrir les frais des examens que le couple donneur aura dû subir. La loi belge limite l’âge des femmes receveuses à 45 ans pour la demande de la procédure et à 47 ans pour le transfert d’embryon en lui-même.

Le couple receveur devra également avoir deux entretiens avec l’équipe des psychologues pour s’assurer de la cohérence de son projet. Ensuite le dossier sera discuté avec toute l’équipe de PMA qui devra juger s’il n’y a pas de contre-indication majeure au projet.

 

En cas d’acceptation, on essayera de trouver les embryons qui s’apparient le mieux au couple d’après les caractéristiques physiques et l’origine ethnique. Les embryons seront décongelés et mis en place chez la receveuse dans un cycle spontané ou un cycle créé artificiellement par des médicaments. Un ou deux embryon(s) sera(seront) placé(s) dans un fin cathéter et celui-ci sera introduit délicatement dans le fond de la cavité utérine, sous contrôle échographique, où les embryons seront déposés.

Douze jours plus tard, une prise de sang sera effectuée pour savoir si la femme est enceinte.

 

Plan du site CHU Saint Pierre - Bâtiment 200, 5è étage . Département de Gynécologie-Obstétrique

Centre de Fécondation In vitro - 322, Rue Haute - Bruxelles Tel +32(0)2 535 3406 Fax +32(0)2 535 3409